Aller au contenu principal

Tremblement de terre en Haïti:une émission spéciale quotidienne sur RFI

15 janvier 2010

A partir de lundi 18 janvier RFI met en place une émission quotidienne à destination de ses auditeurs haïtiens, en français et en créole, de 8h10 heure locale (13h10 temps universel) à 9h heure locale (14h temps universel).

Cette émission, animée par Jacques Allix et Eric Amiens, ouvre les antennes de RFI aux organisations gouvernementales et non gouvernementales qui opèrent sur le terrain ainsi qu’à la diaspora haïtienne où qu’elle soit dans le monde, pour assister les populations touchées par le séisme.

La coupe d’Afrique des Nations sur RFI

11 janvier 2010

RFI met en place un dispositif exceptionnel et plonge les auditeurs au cœur de la compétition grâce à ses dix envoyés spéciaux.Les 32 matchs seront retransmis en direct sur l’antenne Afrique et commentés par les journalistes RFI depuis les stades de Luanda, Cabinda, Benguela et Lubango.

Joseph Antoine Bell, ancien gardien de but de l’équipe du Cameroun et champion d’Afrique, est le consultant exclusif de RFI. Sa chronique quotidienne et ses interventions en direct pendant les rencontres offrent aux auditeurs les analyses précieuses d’une des figures du football africain.De plus, tous les jours, des « journaux de la CAN » feront le point en 6 minutes sur l’actualité de la compétition.Mondial sports, le magazine hebdomadaire de la rédaction de RFI sur l’actualité sportive, sera réalisé en direct de Luanda tout au long de la Coupe et consacré à l’événement.Les rédactions en anglais et en portugais de RFI couvrent également la compétition sur l’antenne et le web avec chacune un envoyé spécial.

www.rfi.fr : C’est bien le site francophone de référence sur la CAN 2010. Il donnera toutes les informations indispensables pour suivre cet événement sportif majeur en ce début d’année. Les internautes du monde entier pourront suivre en direct tous les matches grâce au « but par but ». La feuille de match (score, cartons, buts…) pour les 32 rencontres ainsi que les résultats et les classements sont actualisés en temps réel. Deux envoyés spéciaux de la rédaction web proposent quotidiennement des chroniques, des reportages, des interviews, des photos.

Les internautes pourront également poser toutes leurs questions aux envoyés spéciaux et aux consultants de RFI qui y répondront en direct.Les rubriques du site consacrées à la CAN:

  • « La compétition » permet de suivre le calendrier, la composition des groupes, les résultats et les classements des équipes, des buteurs.« Les équipes » : présentation des 16 équipes engagées et leur parcours de qualification, les fiches de chaque joueur, de chaque sélectionneur, les statistiques…
  • « La légende de la Coupe d’Afrique des Nations » : véritable encyclopédie de la CAN, cette rubrique fait revivre le palmarès, les temps forts, les buteurs et les résultats de tous les matches depuis la 1ère édition de la Coupe en 1957.
  • « Le Passeport pour la CAN » : ce document, réalisé par RFI donne toutes les infos et toutes les statistiques pour suivre l’édition 2010. il est à télécharger sur le site (www.rfi.fr).

Après l’échec de la grève,le temps est venu de reconstruire RFI

11 janvier 2010

Par Marc Bouvier,Gilles Roche,Giovanni Lombardo de www.rfienaction.com

L’année qui vient de s’achever a été bien chargée et difficile pour RFI,il y a un an jour pour jour la direction de la « radio mondiale » présentait son « plan social » qui prévoyait 206 suppressions de postes et la fermeture de six rédactions en langues étrangères,ce plan a provoqué la plus longue grève de l’audiovisuel publique depuis 1968,mais finalment grâce au combat légitime de l’intersyndicale et de ses actions en justice,cette direction,dont le seul but est de casser l’entreprise a été contrainte à revoir sa copie en supprimant les points discriminatoires entre les salariés du service en français et ceux qui travaillent pour les langues.

Mais la lutte au sein de RFI malheursement continue car le plan de départs volontaires prévoyait le nombre de 201 départs mais en realité les salariés qui ont présenté le dossier pour partir ont été plus nombreux que prévu,soit 270.

L’ECHEC DE LA GREVE,UN MESSAGE POUR L’INTERSYNDICALE

Le 7 janvier dernier,tout juste après la fin de la trêve des confiseurs,l’intersyndicale a lancé un appel à la grève « illimitée » afin que la direction laisse partir tous ceux qui ont demandé de quitter RFI,cette fois la grève a été un échec pour la SNJ,CGT et FO,force est de constater qu’elle a été suivie seulement par 15 employés sur 1100,soit le 2% de la masse salariale de « la radio mondiale »;l’impact à l’antenne de ce mouvement de grève a été toutafais minime.

Il est très important de comprendre que derriere les 69 recalés du volontariat chez RFI il y a un projet de vie frustré et méprisé par la direction,mais il est aussi necessaire admettre que une radio,comme RFI,ne sera pas capable de survivre longtemps dans un « climat de guerre permanente ».La donne a changé chez RFI et les manifestations monstres de l’hiver et du printemps dernier sont qu’un lointain souvenir.Les salariés de RFI n’ont plus envie ni de faire grève,ni de manifester mais d’essayer de reconstruire l’antenne.Desormais chaque appel à la grève devient logiquement contre-productif.

L’échec de ce dernier mouvement de grève doit faire comprendre à l’intersyndicale que à RFI il y a certainement des centaines de salariés frustrés voir déçus de l’atmosphère pénible au sein de leur station mais ces salariés sont aussi soucieux de reprendre leur travail avec serenité.Le risque qui court l’intersyndicale est de s’éloigner paradoxellement de ses adhérentes en mettant dangereusement en cause sa représentativité chez RFI et de transformer la victoire remportée ces derniers mois dans « une victoire à la Pyrrhus ».

VERS UN DIALOGUE FRANC ET FECOND AVEC LA CFDT-RFI

Il est vital pour la CGT,SNJ,FO de RFI de trouver des nouvelles actions de lutte et ansi de renouer le dialogue syndicale avec l’autre syndicat fort de RFI c’est-à-dire la CFDT,organisation syndicale dont la majeure partie des ses adhérents travaillent au service Afrique qui reste l’épine dorsale de Radio France Internationale,radio écoutée pour le 80% dans le continent noir .Il y a quelques semaines,l’Intersyndicale a qualifié « à juste titre » la CFDT de « traître » et de « cheval de Troie de la direction »,de mots très dur qui nous pouvons comprendre en raison du climat social tendu.Logiquement il est comprensible que l’intersyndicale s’est sentie trahie par le ralliement de la CFDT à la direction,mais maintenant un échange sincere d’idées entre CGT,SNJ,FO et la CFDT doit devenir la pierre angulaire dans les relations sociales au sein de l’entreprise .

SOLIDARITE’ MUTUELLE ENTRE SALARIES DE RFI ET FRANCE 24

Enfin,il est souhaitable que soit planifié un vraix rapprochement entre les syndicats de RFI et de France 24,dans une lettre adressée à la redaction de RFIENACTION.COM,Maximilien de Libera délégué CFE-CGC et représentant au comité d’entreprise de France24,  non seulement témoigne la solidarité des salariés de France 24 envers le combat des employés de RFI mais aussi il espere que les syndicats de deux entreprises « auront l’occasion de travailler côte à côte pour la défense des intérêts communs ».

L’APPEL DE RFIENACTION.COM

Le mandat de l’équipe directionnelle de RFI se termine en 2013,d’ici cette date il est impensable de vivre avec ce bras de fer sans cesse renouvelé,pour cela nous lançons un double appel :

  • L’appel à l’Intersyndicale,afin qu’elle puisse continuer avec pragmatisme sa lutte legitime pour la défense des salariés et des conditions de travail chez RFI mais au même temps elle doit commencer à dialoguer avec la direction tout en évitant chaque tentative de mettre en cause sa légitimité.
  • Un appel à la direction,afin qu’elle soit capable d’apaiser le climat de tension et de guerre civile.Rfi est une entreprise desormais déchirée,le rôle le plus important d’une direction responsable est celui de développer la maison tout en limitant les conflits internes .

Il est necessaire plus que jamais reconstruire RFI,pour bâtir une radio plus forte avec une ligne éditoriale cohérente et pertinente.Rfi doit avoir une stratégie éditoriale claire plutôt que de créer un monstre hybride, sans logique éditoriale.Nous espérons que en 2010 la direction soit vraiment capable de reconstruire et de reformer cette belle radio.En 2009 Radio France Internationale a vivoté,en 2010 en revanche RFI doit retourner à vivre.

Les projets de la direction « plusieurs fois annoncés » doivent enfin se concrétiser :

  • La signature du contrat d’objectifs et de moyens (COM),qui tarde à arriver:l’absence de  tel contrat,non seulement nous empêche d’analyser la strategie à long terme soit de RFI et de France24,mais elle provoque aussi un manque de lisibilité budgétaire sur comment les environs 315 millions d’euros seront répartis entre les différents acteurs de l’audiovisuel extérieur de la France (RFI,Monte Carlo Doualiya,France24, TV5Monde)
  • La consolidation de l’antenne en français
  • Le développement de RFI en anglais,espanol,portougais
  • Etablir une stratégie pertinente pour la filiale arabophone Monte Carlo Doualiya
  • Le lancement du service en swahili repoussé à maintes reprises
  • La conviction que le chinois,le persan et le russe restent pour RFI des enjeux prioritaires:en Chine en Russie mais aussi en Iran,ou il n’y a pas de liberté de presse
  • La mise en place de synergies avec France 24

LA RENEGOCIATION DE LA CONVENTION COLLECTIVE

L’année 2010 s’annonce « cruciale  » pour RFI aussi en raison de la renégociation de la  convention collective desormais caduque  suite à la dissolution de l’Association des employeurs de l’audiovisuel public,ex chambre patronale du secteur.Pour les syndicats, cette renégociation a pour but de remettre en cause le paritarisme des commissions salariales et les grilles de salaires indexées sur l’indice de l’audiovisuel public (notamment les changements d’échelons garantis), de supprimer des métiers jugés superflus et de revenir sur un certain nombre d’acquis sociaux (jours de congés spéciaux, maladie, organisation du travail, indemnités de départ à la retraite,…).

La reconstruction de RFI est indispensable,mais sur le dossier de « la renégociation de la  convention collective » nous préconisons une lutte responsable mais sans merci.

En 2010 RFI doit signé sa reprise,car il est impossible de penser un audiovisuel extérieur fort avec RFI en situation de faiblesse.Nous souhaitons la fin des polémiques stériles et la mise en place d’actions concrètes.

CAN-2010: RFI obtient les droits de diffusion

8 janvier 2010

Radio France Internationale (RFI) a annoncé vendredi avoir obtenu les droits de diffusion de la Coupe d’Afrique des nations (CAN-2010), ce qui permettra aux auditeurs de suivre toutes les compétitions là où la radio possède des émetteurs.

« Dans un contexte économique difficile, malgré l’explosion des droits de retransmission, il était impensable que RFI soit absente de la CAN Angola 2010 » explique la radio publique dans un communiqué.

« La direction a mené des négociations avec détermination afin de répondre aux attentes de son public africain. Celles-ci viennent d’aboutir avec succès », se félicite la radio, qui a noué un partenariat avec le groupe international LC2-Afnex.

Tous les matches seront donc retransmis en direct sur l’antenne Afrique depuis les stades de Luanda, Cabinda, Benguela et Lubango.

LE SITE INTERNET RFIENACTION.COM REPREND SES ACTIVITES

3 janvier 2010

Nous vous informons que le site internet RFIENACTION.COM (www.rfienaction.com) après une pause de 11 jours liée aux fêtes de fin d’année reprend desormais son fil d’actu.Dorénavant RFIENACTION.COM retourne à vous informer 24 heures sur 24 sur la lutte de salariés de RFI mais aussi sur l’actualité de l’Audiovisuel extérieur de la France.

Nous vous donnons rendez-vous le 3 janvier vers 12h TU pour les dernieres nouvelles .

2010:Nouvel an,nouvelle grève,même combat

31 décembre 2009

Article mis en ligne le 31 décembre à 16h50 TU par Giovanni LOMBARDO

Chers salariés de RFI,chers amis,chères lectrices,chers lecteurs

Dans quelques heures,l’année 2009 sera bien terminée et nous pourrons dire finalement «  Bienvenue 2010 !!! « .

L’action voire même le combat de RFIENACTION.COM afin de soutenir les salariés de RFI dans leurs démarches continue,je vous informe que le soir du 2 janvier 2010 reprendra la mise à jour de RFIENACTION.COM,qui depuis le moi de mai auparavant sous le nom de RFIENGREVE.INFO,est aux côtés des salariés de RFI.

En 2010,je vous promet d’être encore plus proche d’eux car RFI grâce au travail accompli jusqu’a present par sa direction avec sa stratégie totalement irresponsable est malheuresement en « pleine dégringolade« .Radio France Internationale a besoin de toute notre attention et de notre aide.Notre redaction sera plus que jamais: attentive,réactive,indépendante pour vous rendre compte du climat social au sein de RFI,nous serons déjà en première ligne pour le premier rendez-vous d’envergure de l’année: l’appel à la grève «illimitée» de l’Intersyndicale SNJ,CGT,FO de RFI à compter du 7 janvier 2010 et ensuite en suivant les différentes actions en justice menées par les salariés.

La trêve des confiseurs est en train de s’achever.

La lutte contre ces voyous ( la direction de RFI,ndr ) est loin d’être terminée.Je dois remercier ici publiquement Gilles Roche et Marc Bouvier pour leur support,en effet ces deux jeunes journalistes de l’ESJ de Lille nous ont rejoint il ya quelques semaines afin d’étoffer notre équipe de rédaction,ma gratitude va aussi à Claude Nahmias,ancien délégué syndical de la « radio mondiale » pour la ténacité de son épaulement.

L’actu sur l’action des salariés de RFI est a votre disposition sur ce blog,le blog RFIRIPOSTE,sur notre site internet (www.rfienaction.com) et en temps réel bien sur TWITTER (www.twitter.com/rfiengreve)

Le site RFIENACTION.com va rengager à nouveau sa mission d’information et d’appui envers RFI et ses salariés le 2 janvier prochain.

A tous ceux qui prennent le temps de regarder ce site, je leur présente mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année 2010.

Giovanni LOMBARDO

69 salariés de RFI interpellent le PDG Alain de Pouzilhac

30 décembre 2009

Article mis en ligne le 30 décembre à 15h01 TU par Gilles ROCHE

69 salariés de RFI dont la candidature au départ volontaire a été rejetée ont adressé mardi une lettre au PDG de la radio, Alain de Pouzilhac, pour lui dire leur « colère », leur « sentiment d’injustice » et « le refus de cette décision ». Le 17 décembre, lors de la commission de suivi du PSE, 201 candidatures au départ ont été validées, 69 rejetées.

Voici l’integralité de la lettre adressée à Alain de Pouzilhac,PDG de RFI.

Monsieur le Président

A l’issue de la réunion de la commission de suivi qui s’est tenue le 17 décembre dernier dans le cadre du PSE, 201 salariés de RFI ont vu leur candidature à un départ volontaire validée. 69 autres salariés ont vu leur candidature rejetée.

Nous, les candidates et candidats au départ, signataires de cette lettre, dont la candidature a été rejetée, voulons vous dire notre réaction de colère, notre sentiment d’injustice et le refus de cette décision

Colère parce que, au cours de l’année 2009, une fois lancé le PSE, vous avez incité les salariés à se porter volontaires au départ. 270 d’entre eux l’ont fait. 270 projets, 270 engagements vis-à-vis de l’extérieur, 270 changements de vie. Mais aujourd’hui, nous voyons tous ces préparatifs réduits à néant. Nous ne pouvons accepter que les choix de carrière et de vie que nous avons été poussés à faire soient anéantis par des décisions que nous ressentons comme arbitraires et injustes.

Les décisions que vos directeurs ont été amenés à prendre sont arbitraires et injustes parce qu’elles ne répondent à aucun critère objectif. Ceux-là même qui avaient été énoncés dans le PSE n’ont pas été respectés. D’où vient que disposer d’une promesse d’un emploi sûr et protégé soit une garantie de voir son dossier de départ volontaire accepté ? D’où vient que les dossiers validés par le cabinet BPI et jugés viables, aient été jugés « non viables » par vos directeurs ? D’où vient que des salariés n’ayant aucun projet de reconversion aient vu leur départ jugé « viable » au détriment d’autres qui avaient mis sur pied des entreprises, par exemple

Nous, les candidates et candidats au départ volontaire dont la candidature a été rejetée de manière arbitraire et injuste, voulons donc vous dire, Monsieur le Président, que nous n’entendons pas en rester-là. Outre que nous voyons mal comment nous pouvons rester mobilisés au service d’une entreprise qui nous a floués, nous entendons faire valoir nos droits à un départ de RFI dans l’honneur et la dignité. Nous entendons profiter des mêmes conditions de départ que nos 201 collègues. Nous n’entendons pas être les victimes de la politique sociale de l’entreprise.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos sentiments distingués.

En 2010, les salariés de RFI restent mobilisés

28 décembre 2009

 Article mis en ligne le 28 décembre à 20h36 TU par Marc Bouvier

Par Grégory Marin,L’Humanité.fr

Les syndicats envisagent la reprise d’une grève illimitée dès le 7 janvier si la direction n’ouvre pas le guichet départ aux 270 salariés qui souhaitent en bénéficier.

La trêve de Noël est respectée. Mais le 7 janvier Radio France internationale pourrait bien repartir en grève illimitée. C’est ce qu’ont annoncé les syndicats (FO, SNJ, SNJ-CGT et SNRT-CGT), qui veulent contraindre la direction à accepter de faire partir l’ensemble des volontaires au départ dans le cadre du plan social.

Résumé des épisodes précédents. Après l’annonce d’un plan social drastique (206 suppressions d’emplois sur près d’un millier, et la fermeture des rédactions en langue allemande, albanaise, turque, laotienne, polonaise et serbo-croate), les personnels ont entamé, et tenu, la plus longue grève de l’audiovisuel public. Une véritable guerre de tranchées, où chaque camp attaquait sur le plan juridique, et moral en ce qui concerne les salariés, pour justifier ou invalider le plan social. Au final, la direction a ouvert un guichet départ, demandant à 201 « volontaires » (cinq postes n’étaient pas pourvus) de se faire connaître pour bénéficier de primes prévues dans ce cadre. Nouvel épisode du feuilleton? : la direction espérait 201 départs, mais 270 « volontaires » se sont présentés. « Avec 270 suppressions de postes non remplacés, l’entreprise ne tournerait pas », fait valoir la direction, empêtrée dans sa propre logique. « Cinq chefs de service sur sept, 80 % de l’encadrement intermédiaire, sont partants à la rédaction en français, détaillent les salariés sur leur blog (rfiriposte. wordpress. com). La direction comptait sur cet encadrement pour accompagner le PSE (plan de sauvegarde de l’entreprise – NDLR) et mettre en place sa nouvelle stratégie? : c’est raté? ! » Les salariés estiment que cette « fuite des cerveaux » est un véritable « vote de défiance avec les pieds » : « Beaucoup des candidats au départ sont loin d’être des seniors, ce sont aussi de jeunes collègues que rien ne semble plus retenir. » Ils « ne croient plus aux nouvelles orientations stratégiques ni aux perspectives de développement de RFI au sein de l’audiovisuel extérieur de la France », lit-on sur le blog rfiriposte. Pour les « 69 recalés du volontariat », il serait difficile de renoncer à partir. « Une personne qui fait cette démarche se met dans une logique de quitter l’entreprise », plaide la déléguée FO, Maria Afonso. Pour l’instant, la direction souhaite « s’en tenir à 201 départs ». Dans quelles conditions? ? L’intersyndicale demande un engagement écrit spécifiant qu’il n’y aura « pas de licenciements secs » et « l’ouverture de négociations sur les conditions et l’organisation du travail » pour ceux qui restent.

Le 18 décembre, quatre des six rédactions de langue (polonaise, allemande, laotienne et albanaise) ont cessé d’émettre. Mais la voix des salariés de la radio n’est pas prête de s’éteindre.

Il a neigé sur RFI

25 décembre 2009

PAR GILLES ROCHE (RFIENACTION.COM) VIA RFI RIPOSTE

Noël à RFI, c’est champagne pour les uns et soupe à la grimace pour les autres.

« RFI, c’est une morgue dont les cadavres ne veulent pas quitter leurs tiroirs » avait dit Christine Ockrent peu après son arrivée à la tête de RFI. Mais les cadavres bougent encore. Ils se sont même remis en marche. 270 d’entre eux ont décidé de quitter leurs tiroirs. Ils ont choisi la liberté au risque de la précarité plutôt que subir les caprices de l’hydre à deux têtes qui les dirige. 201 ont vu leur demande de départ volontaire acceptée, 69 autres ont été recalés au premier tour. Et puis il y a tous ceux qui restent avec la perspective d’une réorganisation drastique, de conditions de travail qui menacent de se dégrader, d’une nouvelle convention collective qui va rogner les avantages acquis et d’un déménagement à risque.

En cette veille de Noël à RFI, il y a donc ceux qui trinquent et ceux qui boivent.  Ces derniers, qui se comptent sur les doigts d’une main, attendent leur bonus de fin d’année. Mais quels objectifs ont-ils réellement atteints ?

La direction de RFI aurait tort de pavoiser. Elle s’est totalement discréditée et pas seulement auprès de ses salariés.

D’un point de vue social, son bilan est une véritable catastrophe :

  • elle a accumulé les mensonges (situation financière truquée, résultats d’audience tronqués) pour justifier un PSE injustifiable créant ainsi un grave trouble au sein du personnel
  • elle est rejetée par une grande majorité du personnel, rejet illustré par le nombre important de volontaires au départ, alors que les salariés de RFI sont traditionnellement très attachés à leur entreprise. C’est sans précédent dans les annales de l’audiovisuel public, et ce, dans un contexte de crise économique
  • elle a prouvé qu’elle ne concevait les relations sociales qu’en termes de rapport de forces, se situant résolument dans le conflit permanent

Du point de vue de la « marque RFI », la direction s’est livrée à un véritable sabotage :

  • en décrivant faussement et publiquement une situation financière “catastrophique” et en fustigeant une prétendue ”culture du déficit”, elle a sapé le crédit de l’entreprise
  • en affirmant faussement et publiquement que l’audience était en baisse, elle a affaibli la  position de RFI par rapport à ses grandes concurrentes internationales
  • en dénigrant systématiquement ses salariés, elle a jeté le discrédit sur l’expertise des personnels qui a toujours fait la force de la ”radio mondiale” et pris le risque de détourner les auditeurs vers d’autres médias concurrents.

D’un point de vue stratégique, ce n’est guère mieux :

  • plus d’un an et demi après sa nomination, la direction n’a toujours pas défini de réelle stratégie ni de projet d’entreprise pour la radio
  • sa seule stratégie se résume à réduire la voilure c’est-à-dire à abandonner des positions pour se recentrer exclusivement, ou presque, sur l’Afrique francophone et anglophone
  • ce choix délibéré de faire de RFI “une radio internationale pour l’Afrique” est une erreur stratégique dans la mesure où, s’il convient certes de développer les positions sur ce continent, un fort courant politique existe en Afrique pour promouvoir une radio et une télévision panafricaine d’information “faites par les africains pour les africains” dans le but d’amoindrir l’influence de RFI et les ambitions de France 24
  • cette posture de retrait est en contradiction avec les orientations du président de la République pour l’AEF : « Il ne s’agit pas de faire moins, mais mieux et plus »
  • après plus d’un an et demi d’exercice, la direction tarde à mettre en œuvre les synergies prévues avec France 24, RFI étant de toute évidence, dans son esprit, le “parent pauvre” de l’AEF
  • malgré les piètres résultats enregistrés par France 24 en termes d’auditoire, c’est la télévision qui bénéficiera le plus du Contrat d’objectifs et de moyens en cours de négociation au détriment de RFI, les nouveaux dirigeants estimant que la radio est un “média dépassé”.

Pour toutes ces raisons, notre combat est encore loin d’être terminé contre cette direction. Jusqu’à présent, nous avons surtout réussi à faire respecter la loi, et à éviter un PSE “discriminatoire” contre les langues et contre certaines catégories du personnel. Nos deux victoires en appel ont été celles de la dignité contre le mépris et l’arrogance. Et ce n’est pas fini. D’autres actions judiciaires sont en cours. Un nouveau préavis de grève a été déposé pour le 7 janvier.

C’est une nouvelle année de lutte qui va commencer à RFI !

Plan social à RFI : appel à la grève « illimitée » à partir du 7 janvier 2010

23 décembre 2009

PAR MARC BOUVIER (RFIENACTION.COM) VIA AFP

Les syndicats FO, SNJ, SNJ-CGT et SNRT-CGT de Radio France Internationale (RFI) appellent lundi à une grève « illimitée » à partir du 7 janvier pour demander notamment à la direction d’accepter de faire partir l’ensemble des volontaires au départ dans le cadre du plan social.

Quelque 270 salariés de la station publique sont candidats au départ dans le cadre du plan social qui ne prévoit que 201 suppressions d’emplois sur un millier.

« Il y a 69 recalés du volontariat. Nous voudrions qu’ils soient acceptés au départ car une personne qui fait cette démarche se met dans une logique de quitter l’entreprise« , a expliqué Maria Afonso, secrétaire (FO) du comité d’entreprise.

Les quatre syndicats, à l’origine de la précédente grève contre le plan social – la plus longue de l’audiovisuel public depuis 1968 – demandent « le remplacement des salariés correspondant aux 69 postes supplémentaires qui seront ainsi libérés« , expliquent-ils dans un communiqué.

Ils demandent aussi un « engagement écrit de la direction qu’il n’y aura pas de licenciement sec ou contraints » et « l’ouverture de négociations sérieuses sur les conditions et l’organisation du travail« .

« On veut respecter la trêve des confiseurs« , a commenté Mme Afonso au sujet du choix de la date. Les « recalés du volontariat » doivent tenir de leur côté une assemblée générale mardi.

Le guichet départs, ouvert fin octobre, a été clos début décembre. Etant donné le nombre importants de candidats, la direction souhaite s’en tenir dans un premier temps à 201 départs car « avec 270 suppressions de postes non remplacés, l’entreprise ne tournerait pas« , selon elle.

Le plan social annoncé en janvier prévoyait initialement 206 suppressions d’emplois mais comme cinq postes étaient déjà non pourvus, le chiffre a été fixé à 201.

Le plan annonçait également la fermeture de six rédactions de langues (allemand, albanais, polonais, serbo-croate, turc et laotien). La diffusion hertzienne des programmes de RFI en allemand, polonais, laotien et albanais s’est arrêtée le 19 décembre. Le turc, uniquement accessible sur le net, doit cesser le 31 décembre. Les programmes de la rédaction serbo-croate de RFI continuent d’être diffusés via une filiale.